Dentisterie laser

La Clinique dentaire Boissiere est un spécialiste de la dentisterie laser à Paris. Nous pratiquons la Biostimulation laser, l'odontologie conservatrice, l'endodontie, l'endodontie chirurgicale, et l'odontlogie pediatrique.

LA BIOSTIMULATION LASER

LLLT : LOW LEVEL LASER THERAPY

La LLLT est une technique de biostimulation tissulaire à l’aide d’un SOFT-LASER. Ses applications sont nombreuses et prometteuses en odonto-stomatologie.

Les Soft lasers

Ce sont des lasers de basse énergie, de faible puissance aussi connus sous le nom de lasers froids, lasers thérapeutiques, lasers athermiques, cold laser, Low Level Laser. Ces lasers ont une puissance allant de 1 à 10 mW et de longueur d’onde entre 600 nm et 1000nm, correspondant aux couleurs rouges et bas infrarouges. Ils permettent de pratiquer la LLLT (Low Level Laser Thérapy)

LA LLLT : LOW LEVEL LASER THERAPY

La LLLT correspond à la  biostimulation des tissus. Les lasers les plus couramment utilisés ont des  longueurs d’onde allant de 630 à 904nm, en général à fibre optique et à balayage : Plus  la longueur d’onde est importante, plus la pénétration sera importante dans les tissus.

En fonction des doses appliquées nous avons les effets biologiques suivants :

  • Stimulation des cellules de la régénération et de la revascularisation
  • Accélération de l’ostéointégration implantaire
  • Effets anti-inflammatoires et antioedémateux
  • Stimulation du système immunitaire
  • Amélioration de la microvascularisation
  • Augmentation du transport membranaire des cellules
  • Augmentation de la production d’énergie cellulaire
  • Relaxation de la tension musculaire - Myorelaxation
  • Accélération de la cicatrisation gingivale et osseuse – Régénération tissulaire
  • Diminution de l’oxydation cellulaire
  • Effets antalgiques par diminution des douleurs post-opératoires
  • Stimulation de la synthèse d’ADN et d’ARN
  • Activation mitochondriale
  • Activation des fibroblastes en myofibroblastes
  • Acupuncture
  • Détoxification par activation des radicaux libres induits par chimie et radiothérapie - Mucites causées par la radiothérapie (cancers de la tête, cou et greffe de moëlle osseuse - Mucites causées par chimiothérapie (notamment par le 5- fluorouracyl qui est très cytotoxique)

Avantages

Ils sont indolores, aseptiques, athermiques et sans effets secondaires et les seules contre-indications à respecter, sont les patients porteurs de pacemaker, les femmes enceintes, les cicatrices chéloïdes et les lésions non identifiées.         

Les applications en odontologie

LLLT et parodontite
L’utilisation de la LLLT, pendant 6 semaines (lasers avec des longueurs d’onde de 635 et 830 nm), sur des parodontites modérées et après traitement initial, entraine une diminution de l’inflammation gingivale.

LLLT en endodontie et en chirurgie apicale
En chirurgie apicale, la LLLT, permet de diminuer les douleurs post-opératoires.

LLLT et chirurgie osseuse
Plusieurs études montrent les effets d’une stimulation à basse énergie sur les ostéoblastes et les fibroblastes afin d’obtenir une meilleure régénération osseuse.

LLLT et chirurgie des tissus mous
De nombreuses recherches démontrent la diminution des douleurs post-opératoire et l’amélioration de la cicatrisation avec la LLLT.  

LLLT en implantologie
La LLLT améliore et accélère l’ostéointégration de l’implant.

Tous ces résultats sont issus d'études scientifiques internationales rigoureuses et complémentaires, à des paramètres biens définis. Nous pouvons vous adresser les références sur simple demande à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

LASER et ODONTOLOGIE CONSERVATRICE

Les lasers trouvent des indications multiples en odontologie conservatrice : gestion prophylactique carieuse, préparation cavitaire, coiffage pulpaire, photopolymérisation et traitement des hypersensibilités dentinaires.           

1) Le diagnostic des lésions carieuses :

Il s’agit d’un laser diode de faible puissance (P < 1 mW), le laser diagnodent, muni de sondes amovibles permettant le diagnostic précoce des caries occlusales et des infiltrations (fissures, fractures, tartre, obturations dégradées).
Une valeur numérique et un  contrôle sonore détermine toute altération de la substance dentaire qui est signalée grâce à un rayonnement fluorescent émis lors de la présence de chromophores bactériens (β porphyrine).
Le diagnodent est fiable et il peut être utilisé  en complément de l’inspection visuelle et des radiographies pour le diagnostic des lésions précoces occlusales.

2) Les préparations carieuses avec le laser Er-YAG et le laser Er:Cr-YSGG:

Les lasers Erbium (Er-YAG et Er :Cr-YSGG) ont un mécanisme d’action identique sur la dentine par photoablation thermique.
Les effets pulpaires, aux paramètres indiqués, sont non iatrogènes, identiques à celui de l’action d’une fraise (avec un effet positif pulpaire selon les études)

Le patient ne ressent aucune sensation d’inconfort, il n’y a pas de vibration car pas de contact avec la dent. Pour les enfants, il est possible de soigner une carie au laser sans anesthésie, en utilisant des puissances faibles.

Seuls les lasers Erbium peuvent efficacement procéder à des évictions carieuses de façon éprouvée, fiable et non iatrogène.

 

LASER ET ENDODONTIE

Les traitements endodontiques posent un véritable défit quotidien pour le praticien. Les techniques mécanisées ont révolutionné l’approche de cette discipline. Le praticien dispose désormais d’un échantillonnage de moyens, du localisateur d’apex au microscope opératoire, dans lequel le LASER trouve désormais entièrement sa place.

Les lasers Nd:YAG, Nd:YAP, Er:YAG, Er,Cr:YSGG et les laser à diode sont indiqués en endodontie car l’énergie lumineuse est alors délivrée jusqu’à l’extrémité apicale par l’intermédiaire d’une fibre optique. Cela permet d’avoir une décontamination profonde des canaux.

Le Traitement endodontique avec les différents lasers

De nombreuses études ont montré les effets bactéricides intracanalaires des laser sans effet thermique iatrogène sur les tissus adjacents. L’effet des laser est également bactéricide en profondeur.

Les lasers permettent avant tout une stérilisation endocanalaire remarquable, dans le cadre d’un traitement endodontique conventionnel (biopulpectomie, dent nécrosée, reprise de traitement canalaire). Ils assurent l’élimination des débris intra-canaliares de manière efficace et non iatrogène et favorisent l’accès des solutions d’irrigation antiseptiques aux tubulis dentinaires.

LES TRAITEMENTS LASER EN ENDODONTIE CHIRURGICALE

Dans les cas où la cicatrisation complète d’une lésion apicale n’est pas obtenue après un traitement à l’hydroxyde de calcium, en cas de récidive ou en présence d’un kyste, une chirurgie endodontique peut être indiquée. On peut employer certains lasers pour découper les apex infectés et/ou  éliminer les tissus de la région péri-radiculaire atteints. D’autre part, les échecs en endodontie chirurgicale sont souvent imputés au manque d’étanchéité de l’obturation à rétro, entraînant une recontamination du site périapical pas des bactéries endocanalaires. Certains lasers vont permettre de diminuer la perméabilité dentinaire par  une vitrification/fusion de la dentine.

Le laser CO2

Le laser CO2 permet la vaporisation de granulomes ou kystes apicaux et la stérilisation de l’apex infecté. Les avantages sont la stérilisation du site et  l’hémostase permettant une meilleure visualisation de la chirurgie et une obturation facilitée. L’étanchéité de l’obturation à rétro n’est pas différente de la méthode conventionnelle, voire améliorée. On peut utiliser le CO2 seul ou en complément de la chirurgie conventionnel pour ses effets bactéricides et de fusion de la dentine.

Le laser Erbium

IL permet de couper les tissus durs (accès à la lésion par voie osseuse et découpe de l’apex) et d’éliminer les tissus infectés. Même si l’efficacité de coupe est moindre pour le laser Er : YAG que l’instrumentation rotative, celui-ci a comme avantages:

  • L’absence de vibration et d’inconfort
  • Une désinfection du site opératoire
  • Diminution de risque de traumatisme des tissus adjacents

Biostimulation du site opératoire et diminution des douleurs post-opératoires, ce qui favorisera la cicatrisation.

Le laser Nd:YAG

On peut l’utiliser en chirurgie apicale. On aura une meilleure diminution de la perméabilité dentinaire au niveau de l’apex sectionné par rapport à l’utilisation de l’instrumentation rotative. La dentine irradiée sera vitrifiée et imperméable. L’autre intérêt est la résection apicale sans carbonisation  (avec spray air + eau).

Tous ces résultats sont issus d'études scientifiques internationales rigoureuses et complémentaires. Nous pouvons vous adresser les références sur simple demande à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

LASERS ET ODONTOLOGIE PEDIATRIQUE

Les lasers sont utilisés en odontologie depuis plus de vingt ans, avec un intérêt grandissant ces dernières années. Encore peu répandus en pédodontie, ils présentent pourtant de nombreux atouts. Cet article présente les principales indications du laser en odontologie pédiatrique et ses avantages.

DETECTION DES LESIONS CARIEUSES  PRECOCES

Il est parfois difficile de diagnostiquer une lésion carieuse précoce, occlusale ou proximale. Or, un diagnostic précoce est fondamental puisqu’il permet d’intercepter le développement carieux par l’instauration de mesures de reminéralisation.

Il existe pour le moment un seul laser de diagnostic (DIAGNOdent®, DIAGNOpen® (version portable), KAVO). C’est un laser diode (λ=655nm) qui mesure la fluorescence émise par les tissus dentaires, dont l’intensité est liée à la concentration en matière organique dans les lésions carieuses, différente de celle des tissus sains. Des études cliniques récentes ont montré l’efficacité et la reproductibilité du DIAGNOdent® dans la détection des caries occlusales des dents permanentes et temporaires, avec des résultats similaires à l’examen clinique et à l’examen radiologique (Olmez et al. 2006, Anttonen et al. 2004 ; Kavvadia et  Lagouvardos 2004, Huth et al. 2008). L’utilisation du laser de diagnostic trouve donc un intérêt majeur comme outil complémentaire dans la détection des lésions carieuses précoces. Il s’inscrit parfaitement dans les concepts modernes de dentisterie préventive et micro-invasive.

TRAITEMENT DES LESIONS CARIEUSES

Les lasers de choix pour  le traitement des lésions carieuses sont les lasers Erbium (Er-YAG (λ = 2940 nm) et Er,Cr:YSGG (λ = 2780 nm)). Les lasers Erbium ont une longueur d’onde qui est très absorbée par l’eau et l’hydroxyapatite.

Le mécanisme d’action des lasers de la famille de l’erbium dans l’ablation de l’émail est le suivant. L’eau contenue dans la matrice inter-cristalline est vaporisée sans fonte des composants organiques et inorganiques. On obtient une expansion volumétrique et une pression interne des tissus élevée ce qui produit une micro-explosion et l’élimination de la matière. Comme la durée du pulse est très courte, que la longueur d’onde est très absorbée et que l’on utilise un spray d’eau, la quantité de chaleur transférée dans les tissus adjacents est minimale. On a donc peu d’échauffement tissulaire et une pérennité du tissu pulpaire. 

Des études sur les lasers Erbium (Hibst et Keller 1989, Keller et al. 1991, Pelagilli et al. 1997, Ginbel 2000, Freiberg et al. 2002 ; Kornblit et al. 2008) ont démontré que :

-la vitalité pulpaire n’est pas compromise avec un traitement par laser Erbium.
-la structure de la dent est équivalente après traitement conventionnel et au laser, seule la morphologie de surface est différente  au niveau des sites traités.
-le laser peut éliminer les caries complètement et efficacement.
-le laser permet de réaliser des préparations convenables.
-la qualité des préparations à l’aide du laser est équivalente à celle faites avec une turbine.
-le laser a une action bactéricide
-le laser permet une préparation des tissus en adéquation avec une bonne rétention des restaurations composites.
- Le laser permet une « sélection » des tissus, agissant préférentiellement sur les tissus cariés, riches en eau, conservant les tissus sains.

Les avantages en odontologie pédiatrique sont multiples. 

Tout d’abord, il n’y a pas de contact entre le laser et la dent. Aucune  vibration, souvent désagréable et cause de stress, n’est ressentie par l’enfant. Un léger bruit est perceptible (onde de choc), sans commune mesure avec le bruit de la turbine.  D’autre part, la plupart des actes d’odontologie conservatrice peuvent être réalisés sans anesthésie par infiltration (Kornblit et al. 2008 ; Genovese et Olivi  2008) avec un taux d’échec minimal. Cependant, les soins sur les molaires sont parfois difficiles (faible ouverture buccale). Il est possible d’utiliser des tips courts, voire des pièces à main par transmission. En outre, le traitement est souvent plus long.

 

COIFFAGE PULPAIRE

Les avantages d’un coiffage pulpaire à l’aide du laser (Erbium ou CO2) comparé aux techniques conventionnelles sont nombreux. Tout d’abord, les lasers sont bactéricides. Par ailleurs, ils permettent un contrôle de l’échauffement tissulaire induisant seulement une nécrose superficielle (et hémostase) tout en conservant un tissu pulpaire sous-jacent vital. Olivi (2007, 2009) a montré taux de succès thérapeutique meilleur pour des  coiffages pulpaires réalisés à l’aide du laser Erbium (+ hydroxyde de calcium) par rapport à une technique conventionnelle (instruments rotatifs + hydroxyde de calcium).

PULPOTOMIE

La pulpotomie des molaires temporaires consiste à éliminer la pulpe coronaire infectée et à préserver la pulpe radiculaire, jusqu’à l’exfoliation naturelle de la dent. Différents matériaux sont utilisés pour traiter le tiers coronaire de la pulpe radiculaire et l’isoler du reste de la dent : formocresol, hydroxyde de calcium, sulfate ferrique, MTA... Cependant, ces matériaux ne sont pas totalement biocompatibles et des études ont montré des effets cytotoxiques, notamment pour le formocresol. Le laser, de part ses propriétés (il est bactéricide, hémostatique, biocompatible et stimule la cicatrisation), apporte une alternative aux traitements classiques. Des études ont montré que le laser erbium (le plus adapté) peut être utilisé sur la pulpe (Matsumoto 2000, Schoop et al. 2002, Kimura et al. 2003) ; d’autres présentent des résultats similaires aux traitements conventionnels (Kotlow 2004, Huth KC et al. 2005, Toomarian L et al. 2007). Les auteurs proposent d’utiliser le laser erbium pour traiter et isoler la pulpe à l’entrée des canaux, avant la mise en place des matériaux de reconstitution. Cependant, d’autres études sont nécessaires pour valider ces résultats.

CHIRURGIE DES TISSUS MOUS

Les lasers en chirurgie des tissus mous présentent des avantages indéniables : Précision, rapidité (en fonction de la puissance choisie), stérilisation du site opératoire, bonne hémostase (CO2 en mode défocalisé, Nd/YAG, Diodes), contrôle de la douleur per-opératoire (intervention sans anesthésie possible) et post-opératoire (inflammation et douleurs sont minorées), cicatrisation orientée  (peu ou pas de cicatrices) et accélérée (Er-YAG) …

On comprend donc l’intérêt que peuvent avoir les lasers dans la chirurgie des tissus mous chez l’enfant et les avantages par rapport à une technique chirurgicale classique.

Le laser de choix est le laser CO2 (λ = 10600nm), qui est fortement absorbé dans  l’eau avec une pénétration tissulaire de quelques microns. Son efficacité de coupe est excellente, on a en général peu ou pas de saignement. L’intervention peut-être réalisée avec peu d’anesthésie (voire sans) et les suites postopératoires sont quasi-nulles. Les sutures ne sont pas indispensables puisqu’on obtient une bonne hémostase. Grâce à sa capacité hémostatique, ce laser permet de supprimer les lésions intra-orales vasculaires comme les hémangiomes. Il permet également de réaliser des chirurgies dans de très bonnes conditions sur des patients ayant des troubles vasculaires tels que les hémophiles.

Le laser Erbium est également indiqué, mais son efficacité de coupe est légèrement moins bonne que celle du laser CO2, l’hémostase est difficile du fait du peu de chaleur dispensée (spray d’air et eau) et de sa faible absorption par l’hémoglobine. Cependant, les suites postopératoires sont également excellentes.

Les lasers diodes (λ = 810nm et 980 nm) sont de plus en plus utilisés dans la chirurgie des tissus mous. Ils présentent une bonne efficacité de coupe (inférieure au CO2) et une bonne hémostase.  Cependant, leur pouvoir d’absorption est moins élevé que ceux du laser CO2 et de l’Erbium. Ils sont donc à manipuler  avec la plus grande prudence pour éviter tout risque de nécrose sur les tissus adjacents (muqueux et osseux).

Toutes les interventions des tissus mous sont réalisables à l’aide d’un laser chez l’enfant, avec les avantages cités précédemment : freinectomie, gingivoplastie, gingivectomie, désinclusions, suppression du capuchon muqueux lors des péri-coronarites congestives, kystes éruptifs, traitement des lésions muqueuses (herpes, aphtes, fibrome…). L’étude de Genovese et Olivi (2008) souligne la bonne acceptation des lasers pour la chirurgie des tissus mous chez l’enfant.

BIOSTIMULATION (LLLT) et utilisation des « soft lasers»

LLLT signifie « low level laser therapy ». La LLLT est une application médicale du laser utilisant des énergies plus faibles que celles utilisées dans les applications chirurgicales. On parle de « soft laser» (laser basse puissance, laser froid...). La LLLT est utilisée principalement pour la stimulation des processus de cicatrisation, pour l’analgésie et la gestion des douleurs post-opératoires.

Depuis plus de 30 ans, les effets de ces lasers sur la cellule et sur les tissus ont été étudiés. Il existe de nombreuses études scientifiques sur la thérapie par la lumière dont 90% démontreraient son efficacité. Les lasers à diode semi-conducteurs (λ =650-810 nm, 1 à 25mW) sont préférés pour la biostimulation.

Nous n’entrerons pas  ici dans l’explication des mécanismes d’action. Quelques exemples d’applications cliniques en pédodontie ont été décrits par Kotlow (2004):

•    Analgésie : L’auteur préconise d’utiliser le soft laser pour obtenir une analgésie de la dent temporaire (sur la surface occlusale de la dent temporaire pendant une à deux minutes) et  de la dent permanente (près des tissus gingivaux qui recouvrent la racine, pendant une minute). De plus, l’utilisation du soft laser sur la muqueuse provoque une anesthésie temporaire qui permet une infiltration d’anesthésique sans douleur.

•    douleur : On peut, après un traumatisme, utiliser un soft laser pour diminuer l’inflammation et la douleur tout en essayant de conserver la vitalité pulpaire et accélérer le processus de guérison. Lorsque la pulpe d’une dent temporaire est exposée, une dose plus importante permet de réduire la douleur. Enfin, le soft laser peut être utilisé en pré et post-opératoire afin de diminuer la douleur. En ce sens, une méta-analyse a été réalisée par Enwemeka et al. (2004) qui montre que la LLLT est très efficace pour la réparation tissulaire et le soulagement de la douleur.

La LLLT est également utilisée en milieu hospitalier pour le traitement des mucites. Les mucites sont des lésions de la muqueuse oropharyngée consécutives à des chimiothérapies et/ou radiothérapies. Ces lésions sont douloureuses, entrainant parfois des difficultés à s’alimenter et à parler et peuvent conduire à une septicémie sévère. Leur fréquence (2/3 des patients) et l’absence de traitement efficace (il n’existe actuellement que des traitements symptomatiques) compliquent la prise en charge du patient. De nombreuses études (Kuhn A et Al. 2009 ; Abramoff MM et Al. 2009 ; Bensadoun RJ et Al. 2002, 2006) ont démontré l’efficacité de la LLLT dans la prévention et le traitement des mucites. Le traitement consiste à illuminer la lésion à l’aide d’un soft laser (plusieurs séances de biostimulation). Cela permet de diminuer les douleurs et d’accélérer la guérison.

CONCLUSION

L’intérêt des lasers en odontologie pédiatrique est indéniable et confirmé par de nombreuses études scientifiques et cliniques. Cette technologie permet une approche plus sereine chez l’enfant en réduisant, voire en éliminant, les principaux facteurs de stress (anesthésie, vibrations, bruit, douleur...) et avec des suites postopératoires meilleures (absence de douleur, cicatrisation accélérée...). En outre, elle apporte au praticien un réel confort de travail. C’est pourquoi, le LASER doit devenir aujourd’hui un outil de 1er choix en odontologie pédiatrique, tant les avantages, pour le patient et le praticien, sont nombreux.